Bonjour à vous tous, aujourd’hui, je vous parle de l’impact de perdre son animal.

Avoir un animal de compagnie, c’est d’apprivoiser sa présence, son caractère, ses habitudes, sa routine. Ça demande de l’organisation lorsque vous prenez des vacances, quand il y a des fêtes. C’est aussi la présence d’une personne dans un couple, un bébé naissant.

Considérant que la moyenne de vie des animaux est de 10-15 ans, ça en fait des moments dans la vie où il est présent.


Pourquoi le deuil animalier vient chercher toute sortes d’émotions?

  • Le deuil apporte une présence
  • Il apporte réconfort
  • Ça vous tient en santé
  • Il vous aime inconditionnellement

Qu’est-ce que l’amour inconditionnel?

C’est des liens qui se tissent consciemment et inconsciemment entre vous et vous nourrissent. Ce lien affectif contribue à donner un rôle:

« Je suis celui qui veille sur toi. Je m’occupe de cet être vivant comme si sa vie dépend de moi. »

Le nourrir, le loger, le sécuriser, lui donner des soins et l’aimer. Vous êtes son repère. Vous vous investissez dans cette relation inconditionnelle. Il est content, même si vous êtes grognon. Pour lui, vous existez et il vous donne un sens à votre vie. À ses yeux vous existez. Et aujourd’hui, dans cet univers de communication, les gens se sentent de plus en plus seuls. Vous rentrez à la maison, et il est là. Il est fiable et son amour est égal et constant.

En général, les relations entre les êtres humains sont conditionnelles. On porte des masques sociaux où l’on joue différents personnages, mais pas avec votre animal. Avec lui, vous êtes vous-mêmes. Vous savez que vous aller être aimé ainsi par cette boule d’amour. Souvent, les gens sont plus authentiques avec eux qu’avec les humains. C’est une relation où vous montrez votre vulnérabilité. Vous êtes-vous déjà caché pour pleurer devant votre animal? Non! Il est présent dans vos épreuves, il est fidèle et reste là quand vous pleurez.

C’est ainsi que lorsque notre animal meurt, la routine change en un instant. Tout ce qu’on faisait ensembles, maintenant je le fais seul. Je n’ai plus cet amour inconditionnel, ce réconfort qui remplissait mon besoin de base : l’amour.


Vers qui me tourner quand mon meilleur ami est mort?

Je trouve que le premier moment qu’on se réveille le lendemain matin et qu’on réalise qu’il n’est plus là est le plus douloureux. Et vous c’est quoi le moment le plus difficile?

Le rythme du deuil ne correspond pas à notre vie trépidante d’aujourd’hui. Certaines personnes vous diront de faire le deuil. Ils y mettront une date limite où vous êtes supposé avoir fini. Ça engendre une anxiété et de la colère ainsi que de la confusion où vous ne vous reconnaissez plus.

Certains vont essayer de ne pas y penser. Si je n’y pense pas je n’aurai pas de peine et je ne sentirai pas le manque de la mort. Mais en y pensant pas vous vous couper de la mort, mais aussi de tout ce qu’il vous a apporté.

Faire le deuil, c’est faire le choix d’y retourner avec ce que ça implique : la souffrance de la perte.


Dans le prochain article, je vous parlerai du travail du deuil. Je ne vous donnerai pas la solution du comment s’en sortir tout de suite, car je veux vous faire comprendre ce travail ainsi que ces étapes.

Brigitte Bérubé

Thérapeute en relation d’aide

Spécialiste du deuil

Voyez mes autres chroniques!

Mon site Web: www.lelotusblanc.ca

Pin It on Pinterest

Share This

Share This

Share this post with your friends!