Plusieurs théories existent quant à l’origine exacte du chat de Bengal. En effectuant plusieurs recherches et en parlant avec des éleveurs, voici un petit article afin de vous familiariser avec la race ainsi que son caractère et origines. 

Le chat de Bengal, au début…

En 1974, le DrWillard Centerwall a déclaré: « Bill Engler était probablement la personne la plus responsable de la publicité de ces hybrides » (en référence au bengal). Centerwall a ajouté: « Probablement, personne ne peut légitimement prétendre être l’initiateur de cet hybride particulier. »

Le chat du Bengale a été officiellement nommé le Bengal en 1974 par Bill Engler. Il y a encore une certaine spéculation quant à l’origine « réelle » du nom de la race. On prétendait que le nom était tiré du patrimoine du chat du Bengal: felis bengalensis, et d’autres se sont rendus fidèles à l’histoire que le nom était bien inspiré après Bill Engler lui-même, “B.Engle”.

Qui était le Dr Centerwall?

 Le Dr Willard Centerwall est diplômé de l’École de médecine de l’Université de Yale avec des diplômes de troisième cycle en santé publique et génétique humaine de l’Université du Michigan. Il a été missionnaire médical pendant cinq ans dans le sud de l’Inde et a également travaillé dans le territoire amazonien de l’Amazonie au Venezuela et au Guatemala. En 1968, il a commencé à travailler au Centre médical de l’Université de Loma Linda en tant que professeur de pédiatrie, professeur de santé maternelle et infantile à l’école de santé et instructeur en anthropologie à l’école d’études supérieures.

Il était également le directeur de la génétique, des anomalies congénitales et des services chromosomiques pour l’université. Son hobby scientifique était les félins. Il avait précédemment publié dans le Journal of Heredity une explication définitive sur les calicots mâles et les écailles de tortues. Plus tard, il a eu de nombreuses autres études publiées impliquant plusieurs petits félins sauvages différents.

Une création avant tout scientifique

Le regretté Dr Willard Centerwall est probablement mieux connu dans le royaume du Bengale pour ses contributions de plusieurs hybrides « Leopard Cat » issus de deux frères ALC (Asian Leopard Cat) qui sont devenus les ALC de Centerwall. Dr Centerwall a élevé les Léopards d’Asie aux domestiques pour aider ses études chez des individus immunodéprimés (porteurs de maladies congénitales, VIH / sida, leucémie, lymphome, maladie maligne généralisée et ceux qui utilisent une radiothérapie ou des médicaments qui dépriment le système immunitaire) et la cartographie comparative des gènes chez les chats et les humains.
« Nous sommes actuellement engagés dans des recherches sur le virus de la leucémie de type ‘C’ Feline en coopération avec le Dr Raoul Benveniste, Virologiste avec le National Cancer Institute à Bethesda, Maryland », a déclaré le Dr Centerwall. «Le chat domestique ordinaire porte le génome« C »dans la molécule d’ADN et transmet le virus de la leucémie potentiellement létal à sa progéniture par des processus héréditaires normaux. Dans de rares cas, la sortie du virus dans le système du chat provoque une leucémie et une mort. Parce qu’il est reconnu que le ALC n’a pas intégré le virus de la leucémie féline dans son système, les chercheurs scientifiques sur le cancer ont manifesté un grand intérêt pour ce qui arrive au génome de la leucémie dans la progéniture du chat léopard et chez le chat domestique. »

La génétique

La compilation d’une carte génétique dense et éventuellement d’une séquence complète du génome (WGS) du chat domestique. Elle présente une grande valeur pour l’annotation du génome humain, pour la médecine vétérinaire et pour une analyse de l’évolution de l’organisation du génome chez les mammifères. L’association humaine et les études vétérinaires du chat, ses races domestiques et ses proches sauvages de la famille des felidés ont rendu l’espèce un modèle puissant pour les maladies héréditaires humaines, pour les agents infectieux, pour la divergence évolutive et évolutive, pour la génétique de la conservation et pour applications médico-légales.

La leucémie féline agit de la même manière que la leucémie humaine. Le Dr Centerwall était déterminé à savoir pourquoi les chats léopards étaient résistants à la leucémie féline et si cette résistance pouvait être transmise génétiquement à leur hybride hors-printemps. Il espérait que ces études lui fourniraient plus d’informations sur la leucémie humaine (il convient de noter que les chats du Bengale ne sont pas à l’abri de la leucémie féline).

Finalement, ces mêmes hybrides ont joué un rôle déterminant dans le développement de la race Bengal. Grâce à un contact mutuel, le Dr Centerwall et Jean Sugden Mill se sont rencontrés en 1980. Il avait plusieurs chatons F1 nécessitant des foyers qu’il partageait avec enthousiasme avec Jean. Gordon Meredith avait également obtenu quelques-uns des chats de Centerwall plus tôt qui ont ensuite été confiés à Jean lorsque Gordon est tombé malade et a été hospitalisé pour un cancer.

Qui était William (Bill) Engler?

Bill Engler était un gardien de zoo et un membre actif du Long Island Ocelot Club, LIOC. Au début de l’année 1964, Bill a composé un « plaidoyer pour les chats » pour les membres de LIOC, dans lequel il a partagé qu’avoir été dans l’affaire de l’importation, de l’obtention et de la vente de chats exotiques pendant un certain nombre d’années, il les a trouvés de plus en plus difficile obtenir. Et le seul moyen pour lequel il pouvait sauver les chats exotiques, étaient en étant élevés dans la civilisation comme des chiens et des chats communs. En 1967, Bill Engler a reçu le prix LIOC Lotty, un prix annuel présenté par LIOC qui signifie un dévouement inhabituel aux félins exotiques, conduite exemplaire à la maison et à l’étranger par rapport aux chats exotiques et service inhabituel au club, le LIOC.
Bill était également actif dans le «travail de film», derrière de nombreuses scènes félines si admirées à la télé.

Et voilà!

En 1970, Bill a déclaré qu’il avait deux portées de « Bengals » engendrés par son Leopard Cat Shah, totalisant neuf chatons. En avril 1971, les mêmes reines, Cybele et Cyclemnestra, ont encore été élevés à Shah, produisant six autres chat de bengal. Bill a déclaré que son but pour les hybrides était: « Créer un petit chat exotique qui était beau et qui avait la disposition qui convenait à un chat animal domestique, qui avait une plus grande résistance à la maladie de la civilisation que ses cousins ​​élevés dans la jungle et Cela se reproduirait facilement.

 

« Bien qu’aucun chaton n’ait été produit par ces Bengals, Bill prévoyait qu’il y en aurait bientôt. En 1972, Bill a partagé avec d’autres membres de LIOC. « Nous sommes tous conscients de la difficulté croissante à obtenir, ainsi que des coûts croissants d’Ocelots, Puma et d’autres exotiques que nous aimons. J’espère que ces chats de bengal peuvent non seulement contribuer à combler l’écart entre l’offre et la demande d’exotiques, mais contribuer à susciter un plus grand intérêt pour tous les exotiques. Que cet intérêt soit bénéfique pour le financement de la recherche, pour la production et la législation pour la protection de tous les chats ».
En 1975
Bill a déclaré qu’il avait maintenant produit plus de 60 Bengals et avait créé des générations« 2,5 ». Il a conservé sept Bengals pour sa propre reproduction. Ils ont représenté des chats de première, deuxième et de « 2.5 » génération. Bill a été considéré comme un « pionnier dans les Bengals ». Il a été actif dans les premières années de la race du Bengale, hybridant les chats léopards aux domestiques. Aucun des Bengals d’aujourd’hui ne peut être retracé sur les lignes Engler. William Engler a présenté le nom de chat de Bengal aux registres nationaux. Le nom de la race était officiel. Le Bengale a été accepté pour l’inscription par le biais de l’ACFA, et Bengals était actuellement enregistré par plusieurs éleveurs différents.

Standards

  • Corps

Les taches en rosette se forment seulement sur le revers et les côtés, avec les stries ailleurs. Le bengal a un corps athlétique, long, à l’ossature robuste et du type plutôt médio ligne. Sa forte musculature doit être visible. Ses pattes sont d’une longueur moyenne et comme pour le reste du corps, elles doivent être musclées et robustes. Ses pieds sont grands et ronds avec des doigts proéminents. La queue est d’une longueur moyenne. Elle est épaisse à la base et ne s’affinant que très peu vers l’extrémité qui est arrondie.

 

  • Tête

Tout d’abord, sa tête en forme de triangle est plus longue que large et les côtés sont arrondis. Par rapport au corps, elle est assez petite mais ce trait ne doit pas être exagéré. Le but est que la tête du chat de bengal se différencie le plus possible de celle d’un chat domestique et se rapproche des traits particuliers de son ancêtre sauvage. Le nez doit être long et large et sans stop, les pommettes hautes et bien saillantes.

Le museau est fort avec des patons plus développés que la moyenne. Par exemple, si l’on regarde un chat de bengal de profil, le bout du menton doit être aligné sur le bout du nez. Les yeux sont bien espacés et grands. Ils sont de forme ovale, voire ronde. Les couleurs autorisées sont le vert, l’or, le bleu chez les colourpoint et l’aigue-marine chez les mink. Les teintes profondes et brillantes sont les plus appréciées.
Les oreilles sont plutôt petites et courtes, avec une base large et un bout arrondi. Leur disposition doit être à égale distance entre le haut du crâne et les côtés de la tête. De profil, elles pointent vers l’avant. Les plumets au bout des oreilles sont découragés.

  •  Robe et fourrure

Le poil est court et il doit être doux et soyeux au toucher. Le poil est bien couché sur le corps. La robe est le point le plus important chez le chat de bengal puisqu’elle constitue son trait caractéristique. Les motifs acceptés sont le spotted tabby et le blotched tabby, généralement appelé marbled (blotched tabby modifié). Ces motifs se déclinent également avec les patrons mink, sépia et colourpoint.

 

Les couleurs acceptées sont le noir (et ses dérivés comme le seal et le brun) et le bleu, en silver également. La couleur doit être la plus chaude possible, sauf chez les chats de bengals snow, dont la particularité est la couleur froide (bleue) de la robe (les motifs et patrons sont les mêmes) . Par ailleurs, toute tache blanche sur le corps est un motif éliminatoire en exposition. Ainsi que des coussinets dont la couleur n’est pas accordée à la robe.

  •  Couleurs

 Il existe différents types de spots, du spotted tabby classique (tache noire) à la rosette fermée, parfois appelée donut :

Les rosettes bicolores : les simples taches commencent à se modifier avec l’apparition d’une deuxième couleur. Les taches sont allongées et la partie la plus foncée est à l’arrière.

  • Les rosettes en « pointe de flèche » : les taches sont pointues en direction de la queue. Le noir forme la pointe et encore un peu plus la partie claire.
  • Les rosettes ouvertes : la partie claire de la tache, au centre, est entourée de noir. Le contour noir est toutefois interrompu par endroits et les taches sont de formes variées.
  • Les rosettes fermées (ou donut) : la tache est plus ou moins ronde et complètement entourée de noir. Le centre est d’une couleur chaude plus foncée que la robe de base.

Finalement, ces dernières sont les plus recherchées et c’est ce à quoi tend l’évolution de la race. La race est encore en pleine évolution. Le but est d’arriver à avoir des chats aux rosettes les plus fermées possibles. Les bengals spotted tabby doivent avoir les épaules marbrées et les taches descendre jusque sur les pattes. Le maquillage propre aux tabby doit être marqué et le ventre etl’intérieur des pattes doivent être de couleur claire.

  • Marble

La robe marble, dérivée du blotched tabby par une sélection humaine est une robe dont le motif « aile de papillon » ou « coquille d’escargot » est horizontalement allongé. Bien que le motif se rapproche de la robe d’une panthère longibande. On recherche un contraste important entre la couleur de base du corps. Celle des marbrures qui peuvent parfois être bicolores comme pour les rosettes. Le ventre doit être tacheté et la tête doit comporter le maquillage typique du tabby très marquée. Le ventre, les patons, l’intérieur des pattes et la gorge doivent être de couleur claire.

  • Caractère

On dit généralement du chat de bengal qu’il est vif, intelligent, curieux mais aussi très affectueux; surtout avec les autres animaux et les enfants. Une particularité : il adorerait l’eau et aimerait particulièrement se percher en hauteur. Il serait sportif et bavard. Ces traits de caractère restent toutefois parfaitement individuels et sont en fonction de l’histoire de chaque chat.

Voyez également nos articles sur les différentes races de chats, dont le Maine Coon et le Savannah.

Pin It on Pinterest

Share This

Share This

Share this post with your friends!